Omid-Reza Mir Sayafi, un bloggeur iranien (sur rooznegaar.blogfa.com), est mort en prison. Comme cela est déjà arrivé, le récit de sa mort a été romancé afin que ce jeune homme sans histoire puisse être exploité comme le héros martyr des faux opposants liés au régime et ainsi pouvoir rebooster cette dissidence moribonde.

 

En mai 2008, Omid-Reza Mir-Sayafi, responsable d’un blog (hébergé par blogfa) consacré à la music pop a été arrêté pour la publication d’un article humoristique que le régime avait jugé insultant contre les croyances religieuses et le guide suprême (article par ailleurs introuvable sur le net). Il a alors été placé en détention, mais libéré après 41 jours contre une caution de 100,000 dollars. Dès sa libération, il a tenu à préciser qu’il n’avait jamais eu aucune activité politique ou dissidente et que ses priorités étaient la music pop des années 70 à aujourd’hui (ce qui est vrai, nous avons trouvé des textes écrits par Omid Reza sur ce thème).

 

En novembre 2008, Omid-Reza Mir Sayafi a été jugé pour les faits qui lui étaient reprochés et il a été condamné à 30 mois de prison. Il a commencé à purger sa peine à partir du mois de mi-février 2009. Sa mort a été signalée hier par un co-détenu : le docteur Hessam Firouzi, qui affirmait qu’« après avoir découvert le bloggeur mal-en-point dans sa cellule, il l’avait conduit à l’infirmerie de la prison où il lui avait administré un lavage d’estomac, avant de demander son transfert vers un hôpital où il pourrait recevoir des soins plus appropriés ».

 

Selon le docteur détenu, ce « transfert n’a jamais eu lieu et le patient est certainement mort faute de soins appropriés ». Pour finir, Firouzi affirmait que « les infirmiers étaient au courant de l’état mental du bloggeur car il avait fait plusieurs tentatives de suicide ». L’avocat du défunt affirme également que ce docteur « Firouzi l’avait appelé plusieurs jours plus tôt pour le mettre en garde contre l’état suicidaire de son client ».

 

Le blogueur iranien Omid Reza Mir Sayafi est décédé mercredi 18 mars à la prison d'Evine, à Téhéran, rapporte le site en persan Radio Zamaneh, ainsi que Global voices. Le jeune homme de 27 ans, emprisonné depuis quelques mois, aurait mis fin à ses jours, selon les responsables de la prison; un autre détenu affirme que Omid Reza Mir Sayafi souffrait de dépression, et que son état de santé s'était dégradé depuis plusieurs jours. Reste que le blogueur Mojtaba Saminejad affirme qu'Omid Reza l'avait informé d'un possible transfert dans un hôpital extérieur il y a deux jours. Dans une note publiée aujourd'hui, Saminejad, ami de Omid Reza, écrit que "les choses n'auraient jamais dû se passer comme ça. Il était prévu que nous fassions encore beaucoup de choses ensemble, il était prévu que tu restes peu de temps en prison...".

 

Omid Reza tenait depuis 2006 un blog Rooznegaar, où il racontait des anecdotes de sa vie quotidienne et écrivait des poèmes. Il a été arrêté en novembre dernier pour insulte au guide suprême Ali Khamenei et au fondateur de la République islamique l'imam Khomeyni. Les autorités iraniennes utilisent habituellement ce chef d'accusation pour mettre blogueurs et penseurs en prison. A quelques mois de l'élection présidentielle (du 12 juin prochain), les autorités ont renforcé la répression contres les internautes, coupant les connexions, jetant les blogueurs les plus célébres  en prison. La nouvelle du décès de Omid Reza Mir Sayafi se fait le triste écho du rapport de Reporters sans frontières sur les ennemis d'Internet, où l'Iran figure en bonne place.