Pour ce 24 décembre, le régime des mollahs avait prévu de frapper fort en exécutant 10 personnes, 9 hommes (dont Mojtaba Abbassi 29 ans, Roshan Samim 25 ans et Behnoud Shodjai 20 ans), et une femme (identifiée par son prénom Tayebeh). Un des hommes (mais nous ignorons lequel) a été gracié par la famille de sa victime, les 9 autres ont été pendus.

 

Il y a de plus en plus de grâces de ce genre en Iran : la conséquence d’un ras-le-bol populaire des pendaisons. En revanche, il n’y a jamais de grâce prononcée par les mollahs et en fin d’année, le rythme s’accélère comme si le régime voulait battre son propre record de l’année 2007 de 317 pendaisons, chiffre (partiel) calculé sur des articles parus dans les journaux iraniens.

 

Jusqu’au 13 décembre, le chiffre pour l’année en cours s’élevait selon notre décompte à 267 condamnés exécutés. Le 21 décembre, le quotidien Vatan Emrouz a annoncé la pendaison de 5 personnes à Qom. Cela fait donc 14 exécutions en 4 jours et ces 14 dernières pendaisons portent à au moins 281 le nombre d’exécutions dans ce pays depuis le début de l’année. Cependant, il faut rappeler que du 4 mai date à laquelle le régime a annoncé une pendaison collective de 9 condamnés au 27 juillet date à laquelle le régime a annoncé une pendaison collective de 29 condamnés, pendant 85 jours, les médias ont censuré toute annonce de ce genre, ce qui fausse entièrement le chiffre pour l’année 2008 qui fut celle des pendaisons collectives très médiatisées.

 

L’objectif du régime et de ses médias était évidemment de prétendre à une baisse sensible de nombre des pendaisons. Il est donc nécessaire de rappeler que le décompte provisoire après ces 14 pendaisons est de 281, chiffre incomplet et incorrect en raison d’une rétention d’infos des sources iraniennes du 4 mai au 27 juillet.

 

En Iran, plus de 111 délits sont passibles de la peine de mort par pendaison, décapitation, lapidation ou précipitation du haut d’une falaise (peine réservée aux homosexuels).

 

Guerre contre Dieu, trahison, espionnage, meurtre, attaque à main armée, trafic de drogue à partir de plus de cinq kilos d’opium, viol, sodomie répétée, adultère, prostitution, apostasie et dernièrement « troubles à l’ordre public » et diffusion de vidéos privées sont passibles de la peine de mort en Iran.

 

Nous avions annoncé le chiffre de 284 exécutions comme étant le bilan provisoire pour l’année 2008 à la date du 29 décembre. A la lumière des dernières informations, ce chiffre aurait dû être de 286. En effet, dans notre précédent article sur le sujet, nous avions signalé une lapidation mise à exécution le 26 décembre, mais il s’avère qu’il y avait eu deux lapidations ce jour, ainsi qu’une pendaison dans la province de Khorassân. La nouvelle a été publiée le lendemain dans le quotidien régional Khorassân. C’est un cas très particulier, puisque le condamné Houshang a été exécuté pour avoir été un Bahaï !

L’objectif du régime et de ses médias était évidemment de prétendre à une baisse sensible de nombre des pendaisons. On peut également compter le bureau iranien de l’AFP comme faisant partie de ces médias.

 

Le bureau iranien de l’AFP (Agence Fars Presse)

est non seulement complice de la promotion de faux opposants dont la fonction est de prétendre à l’existence d’une certaine démocratie en Iran, mais encore il aide le régime pour « baisser le nombre des exécutions » et aussi pour dissimuler le fait que bon nombre des exécutés sont des prisonniers politiques. Pour ce qui est du décompte, dans sa dernière dépêche, le bureau iranien de l’AFP avance le nombre de 243. Ceci correspond à une baisse de 25% par rapport au décompte final pour l’année 2007 ! C’est une honte.

Comme tout le monde le sait la république des mollahs d’Iran est sous la pression mondiale avec son programme nucléaire qui est débattu au Conseil de Sécurité des Nations Unies. Et comme chacun ne le sait peut-être pas, les mollahs à chaque fois qu’ils sont en difficulté sur la scène internationale, s’en prennent au peuple iranien.